Australie #1: Le monde perdu (à 17000km de Paris en tout cas)

Et en bref : la fin d’un mythe animalier, une étude ethnologique étayée, un guide touristique de la capitale.

Et en chiffres : 4000km, 12 pleins d’essence, 74 petits plats préparés dans le van (et seulement 2 petits dej d’avoine !)

Où ça : Melbourne > Great Ocean Road > Adelaide > Grampians > South Coast > Sydney

  • INCIPIT – Avant tout l’Australie en VAN c’est beaucoup d’échanges avec des autochtones
  • « EUX : Hi Mate, Haw’are’ya today ? Lovely day nah ? Doing anything special ?
  • NOUS : ahah, Je vais payer par carte bleue SVP»

 

CHAPITRE I: INTO THE WILDLIFE

(i.e. les animaux de type non-domestiques)

Un sujet qu’il est bon d’évacuer tout de suite, parce qu’on sait bien que vous n’êtes pas super super concentrés et que cette idée va vous trotter dans la tête durant toute la lecture…

Bon déjà, gros coup de gueule de la rédaction du contenu éditorial de #JPPJV : ils sont où les animaux mortels stp ?!

On nous avait promis du danger, l’aventure, le grand frisson, des balades dans le bush la peur au ventre au moindre frémissement dans les hautes herbes, des araignées presque invisibles mais au venin qui te paralyse en seulement 30 min, des kangourous affamés, des méduses médusées, des dindons névrosés, des 4×4 japonais, des koalas lunatiques, des crocodiles (tout court), des bières en canette, des serpents dans les toilettes

Spoiler alerte : Dans cette liste extrêmement NON exhaustive, nous n’avons coché très exactement que 4 des susdits éléments et pour votre info – oui effectivement on se déplace quand même dans le bush avec la peur au ventre au moindre frémissement dans les hautes herbes –

Donc reprenons, en guise de terrifiante faune mortelle cauchemardesque, l’Australie nous a pour l’instant offert sur un plateau d’argent :

web-opposum
Un gros rat qui pousse des cris de vierge effarouchée
P1090662
Une sorte de peluche grise qui passe littéralement sa journée à dormir la tête collée à un tronc d’arbre
12 - P1090435
Un ruminant bizarre qui sautille de partout
bents-basin-wombats-01
Une petite bouboule craintive

Pour l’instant, avouez que l’on ne se lève pas pour une STANDING OVATION, l’Australie… !

La plupart de nos questions wildlife demeurent donc et trouveront, si le GRAND TOUT nous l’accorde, leur réponse dans un prochain débrief :

  • les requins préfèrent-ils le surfeur ou le véliplanchiste (la dénomination extrêmement rébarbative des pratiquants de la planche à voile) ?
  • Le requin croque-t-il également la planche ?
  • S’il y a des crocodiles de mer, existe-t-il des baleines de rivière ?
  • Toutes les araignées sont-elles mortelles en Australie ? Si non, lesquelles peuvent se manger sans risque ?
  • Le pipi au pied du van la nuit, est-il un hobby sûr et populaire en Australie ? Voire dans le monde entier ? #citoyendumonde
  • Combien de jours peut-on passer sans se laver ? ahaha mais non vous connaissez déjà la réponse depuis que vous avez lu : La vache Kiwi

Pour le savoir, et bien plus encore, tu sais ce qu’il te reste à faire… donc là, comme nous l’a demandé l’équipe de coordination de la stratégie éditoriale multiplateforme : en gros, on vous a trop « teasé » pour le prochain débrief…

 

CHAPITRE II : LE FEU SACRE

(Bah oui parce qu’on ne va pas faire cuire la « wildlife » avec des bons sentiments…)

Selon le mythe antique, Prométhée déroba le feu sacré aux dieux pour l’offrir aux hommes. Ce que la légende omet bien trop souvent c’est que, sitôt en leur possession, les australiens le magnifièrent, lui offrirent sa forme la plus noble et probablement la plus aboutie: le barbecue récréatif.

En Bref, l’Australien kiffe son petit brasero…

Au stade où nous écrivons cet article, c’est bien simple, nous sommes littéralement planqués dans le VAN, rideaux tirés de peur qu’un autochtone ne se rende compte que nous n’avons pas encore utilisé – en 1 mois en Australie – l’un des innombrables barbecues public présent sur chaque : aire d’autoroute, parc public, plage (et de plages, ils n’en manquent guère).

Si vous ne nous croyez pas, sachez par ailleurs qu’il existe un site australien permettant, grâce à une technologie de pointe appelée GPS, de repérer le BBQ public le plus proche de chez vous…#onlyinAustralia #lesbonstipsdeJPPJV

MAJ 23/05 : Donc bon, on a finalement utilisé un Barbecue mais comme c’était pour faire une pizza Margarita, pas évident évident que le fédération du Barbecue récréatif australien valide le coup d’essai, on vous tiendra au courant dans les plus bref délais de l’évolution de la situation :s :s

Ayant finalement atteint les plus hautes sphères de la grillade mondiale, l’australien a choisi de se diversifier et de challenger sa pyromanie en pratiquant le bon « brulis » : certes, pourquoi se contenter d’une côte de bœuf lorsque qu’on peut littéralement bruler son champ et appeler ça « une technique ancestrale coutumière », déso #astuce

P1090321.JPG

 

CHAPITRE III: SYDNEY EN VAN OU LA GITANIE EXPRESS

« Ils ne font pas de barbecue, OK on a compris. Oui, mais depuis qu’ils ont leur van, c’est confort confort j’imagine…Et ça se dit backpacker avec ça ? »

T’inquiète…

Il faut pas croire, le tour-du-mondiste ne s’affranchit pas de toutes les règles de société. Non ! le tour du mondiste part avec une idée du backpacker qu’il souhaite être, il étudie minutieusement son propre marketing : sportif, culturel, fêtard (social pour être politiquement correct) ou encore connecté (#unjourjeseraiblogeurvoyage). Non personne ne part en rêvant de vivre dans une roulotte, de tester la limite de péremption hors frigo des aliments frais, de voler du PQ dans les WC publics (celui-là on ne l’a pas encore testé mauvaise langue…)

Il arrive un moment dans tout voyage longue durée, où la limite entre les «voyageurs» et « los gitanos », comme dirait Julio Iglesias, devient ténue voire discutable et, d’après une récente étude américaine, plus le pays de voyage est DEVELOPPE (comprendre cher) plus il est simple de franchir le pas.

Où allons-nous, nous direz-vous : dans une ville BIEN BIEN DEVELOPPEE…

Haaa Sydney LA ville en Australie dont tout le monde nous avait parlé, c’était aussi pour nous le retour à la VILLE après près d’un mois en pleine nature.

A peine arrivés, Sydney nous fait un joli « croc-en-jambe », comme dirait Charles Aznavour, avec le prix des logements: on se parle de bon deals à 150 dollars la nuit, l’équivalent de 190 paquets d’avoine instantanée.

media.jpg
L’accueil chaleureux de la ville de Sydney à JPPJV

A la guerre comme à la guerre, nous voilà errant dans la ville, en van, pour trouver LA place qui ne sera pas payante et/ou limitée en timing.

32207211_10157399340603012_5233648569092669440_n.jpg

Mais c’est bien là, cher lecteur, que le voyage en Gitanie débute, car il est bien beau de garer le Van et après ?Voici notre mode d’emploi pour une expérience réussie en Gitanie :

  1. Règle n°1 – on ne parle pas du Fight Club…
  2. Règle n°2 – ESQUIVER LA DELATION : pour que le plan fonctionne, il est UNE règle d’or : ne pas se faire démasquer. Il nous a fallu développer des skills de ninja pour éviter les mouvements suspects et ce sans se faire repérer. Le maitre mot : la discrétion !
  3. Règle n°3 – DEBUSQUER UNE DOUCHE : Là c’est plus touchy on ne va pas te le cacher. La solution royale est d’avoir une accointance dans la ville. Dans ce cas sous prétexte d’apéro, diner ou même gouter n’oublies jamais ta serviette et ton petit nécessaire et saisi le moment propice pour filer sous la douche (Merciii les copains 😉). Si tu n’as point d’accointance sur place, il reste l’option « à la fraiche » qui doit son nom à la température de la douche. Sydney étant bien pourvu en côtes et en surfeurs tu as de grandes chances de trouver une douche gratuite en plein air sur un bord de plage. Dans ce cas, ravale ta fierté, sors dignement ton savon et c’est parti !

 

On aurait encore beaucoup de choses à vous dire mais on image bien qu’avec la fin des ponts du mois de mai, vous avez quand même moins de temps pour les debrief – allez zou au travail les fégniasses … Promis , on vous garde ça au chaud pour le prochain ! ;*

 

Une réflexion sur “Australie #1: Le monde perdu (à 17000km de Paris en tout cas)

  1. bonjour à vous deux, bravo pour les comptes rendus humoristiques, mais aussi très périlleux…… merci et bonne continuation. on vous embrasse René et Marie Christine

    ________________________________

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s