Patagonie #1: Les Cro-Magnons et leur Mojo

Où ça : Iguazu > Buenos Aires > El Calafate > Puerto Natales > El Chalten

map 7

En bref : du bon et du mauvais mojo donc, des treks alternatifs, des océans de flocons d’avoine et parfois de la marche avec les pieds.

Les chiffres:

  • 18 jours depuis le dernier débrief (à la manière du Puma sauvage, celui-ci devient plus rare mais également plus recherché) #cestpasmafautecestlewifi
  • 20 minutes – notre temps de préchauffage en Autostop
  • Trop : la quantité d’avoine consommée lors de ces 18 jours

Après une courte escale à Buenos Aires, nous avons donc passé les deux dernières semaines à arpenter le Sud de la Patagonie chilienne et argentine en bus, en stop, en auberge, en camping, à pieds…l’occasion de faire une bonne cure de nature mais surtout, vous l’aurez compris, de mettre à l’épreuve notre MOJO.

 

CHAPITRE 1: LE MOJO DU STOP ?

Faire du stop, hacer dedo en espagnol, quel meilleur moyen de voyager en Patagonie, hormis bien entendu le tandem me direz-vous ? (que nous avons vu pratiquer à plusieurs reprises – ces personnes ont-elles perdu l’esprit ?)

Mais le mojo #cestquoiquestcedonc ? Pour vous le résumer rapidement :

  • tu attends moins de 30min au bord de la route –> tu as le mojo
  • tu attends entre 30min et 1h30 –> ton mojo semble s’être pris de petites vacances
  • tu attends entre 1h30 et 4h –> tu n’as plus le mojo
  • tu attends plus de 4h –> mais qu’est-ce que tu fais encore là !! va prendre une bière stp, vite.

Globalement les autres voyageurs étant plutôt de cet avis, il vaut mieux avoir ses petites techniques pour éviter qu’une journée d’attente avec tout un tas de gentils autostoppeurs ne se transforme en épisode de Game of Thrones (on y reviendra 😊). De notre côté voici les tips (#tips #tipsparfoispourris) :

  • la base : avoir une pancarte avec ta direction – notre petit plus ? un beau smiley qui dit « on est gentils »
  • mettre votre plus belle chemise (après tout c’est une sorte d’entretien pour un CDD)
  • mettre vos atouts féminins (bref la fille quoi) en avant et le garçon légèrement en retrait négligemment mais dignement caché dans un buisson (oui le stop c’est sexiste … tout le monde vous le confirmera #balancetonautomaubiliste)
  • Courir après les voitures qui vous refusent sans raison valable en tapotant le carton sur leurs vitres: ils ne s’arrêtent pas plus mais franchement ça peut défouler
  • Mais surtout, trouver LE bon endroit. LE bon endroit n’est pas en plein milieu de la ville mais plutôt à sa sortie. LE bon endroit est à côté d’un élément qui obligera votre potentiel « hôte » à ralentir (feu, rond-point, dos d’âne …). Mais surtout LE bon endroit n’est pas avec les 40 autres auto-stoppeurs qui attendent. Si tel est le cas vous oubliez TOUS les tips précédents et vous avancez sur la route sinon cette activité sympathique qui créé du lien risque fort de se terminer en bataille rangée (#episodegameofthrones)

 

Dans l’ensemble on est plutôt contents puisque on a réussi sur cette première partie à faire 1100km de stop en rencontrant tout type de personnes :

  1. Carlos le fils de mécano : mais visiblement le gène a sauté une génération : a très clairement construit sa camionnette personnellement mais sans que personne ne lui ait expliqué comment faire, de sorte que les gaz d’échappement sont évacués dans l’habitacle
  2. Gaston le pilote : 200km/h de pointe, 160km/h de moyenne sur les 240km que nous avons fait avec lui, musique électro à fond, au total 50 mots prononcés (ça fait pas lourd en 2h …)
  3. Sergueï et Petra lonely planet : seule caractéristique notable – ils adorent les voyages et aiment les auto-stoppeurs avec qui ils découvrent le teaser de leurs prochaines vacances
  4. Nos chouchous : ils vous prennent parce qu’ils sont sympas et qu’aujourd’hui ils ont de la place. On parle de tout et de rien, on rit beaucoup, bref on a l’impression de déjà se connaitre #IMMENSEMERCI.

 

 

CHAPITRE 2 : Les Cro-magnons à la montagne et le mojo de la météo

Les treks en Patagonie, on est là pour ça et, désolés, mais on n’a pas prévu de se priver : Torres del Paine, Glaciar Grey, Fitz Roy, Cerro Torre, on vous en passe et des meilleurs !

…Et qui dit treks…dit début de la vie en tente – l’aventure commence vraiment tout en poussant dans la tombe le regretté « confort » #quiainstallélatentesurcegroscaillouxpointu?

En matière d’aventure, ça commence fort quand le couple de cro-magnon doit faire face à la mafia du parc Torres Del Paine afin de rejoindre son milieu naturel :

Le parc Torres Del Paine est principalement connu pour son mythique trek W. Oui mais voilà, les chiliens ont choisi un modèle plutôt libéral … alors qui dit mythique … dit fort potentiel de rendre ça fort juteux économiquement parlant. Le parc est donc en partie privatisé, il vous faut réserver vos emplacements de campement (entendez votre bout de prairie de 2m2) plus de 2 mois en avance et pour une somme exorbitante ! Si vous ne parvenez pas à réserver à temps, pas de problème la mafia vous propose une taverne de luxe avec repas de jour de fête pour seulement $200 USD par nuit !!!

Autant vous dire, non seulement on est des cro-magnons fauchés mais en plus on n’est pas franchement des cro-magnons organisés. Du coup, on dit poliment M***E au système (#tellementrebelles) et on se fait notre propre Torres Del Paine : stop, campement hors des sentiers battus, et sélection sur le volet des plus beaux treks.

Sur les treks, on peut le dire, ON A EU LE MOJO DE LA METEO ! Comme son nom l’indique il y a des « Torres » (trad : tours) dans le parc et elles valent le coup d’œil. Oui mais voilà ici il pleut TOUS les jours, plusieurs fois par jours, alors généralement les Torres ça donne ça :

torres
On voit rien, c’est normal … c’est la météo classique (source : google image)

 

Et bien nous, comme pour nous féliciter de notre prise d’initiative, notre mojo météo était en pleine forme pour ces 3jours et on a eu ça !

torres nous

Et notre mojo ne nous a pas lâché, à El Chalten rebelote :

3 - P1060840
Jour 1

 

P1060891.JPG
Jour 2: Oui oui, il pleut bien, mais quitte à ce qu’il pleuve un jour, notre mojo a choisi le jour de la traversée en forêt sans point de vue, merci petit mojo

 

P1060918 (2)
Jour 3

Pourquoi les Cro-Magnons au fait ? Disons que, à la manière de nos illustres ancêtres, la vie en pleine nature nous a conduit à abandonner certains « carcans de nos sociétés actuelles » comme par exemple : la douche ou encore dormir dans un lit #vivementlaprochainevillequandmeme

 

CHAPITRE 3 : Avoine mon amour et gastronomie en générale

Notre rapport à la nourriture n’échappe pas à ce constat même si ces premiers treks en autonomie du voyage furent pour nous incontestablement l’occasion d’une expérience gastronomique fusionnelle avec de….*roulement de tambour* ….très séduisants paquets d’avoine instantanée.

Reprenons: Quand tu marches tu as faim mais quand tu bivouac, tu portes ta nourriture – conséquemment et pour résumer les implications mathématiques fortes de ces 2 axiomes, permettez-nous de poser l’équation suivante :

ISA = ISN*P/IRCNSTPB

Ou encore :

  • Indice de satisfaction alimentaire des cro-magnons = Indice de satiété de la dite nourriture * poids / résistance à la cuisson sur un TPB
  • TPB = tout petit butagaz ☹

D’après une récente étude américaine, l’avoine instantanée alliant la praticité à la satiété (mais également il faut le dire à l’absence notable et notée de goût) remporte un taux de satisfaction écrasant d’environ 115%.

CQFD.

A partir de ce constat, un nouvel univers culinaire s’offre à vous! Permettant à elle seule de réaliser : le petit déjeuner des champions (avoine + eau + lait en poudre), la purée des champions (purée + avoine), la soupe des champions (soupe + avoine),… les possibilités, vous l’aurez compris, semblent infinies…

En vrai, si vous voulez vous faire plaisir les solutions ne manquent pas dans le coin et nous avons su nous récompenser dignement: Cordero Patagonico, des bières artisanales comme s’il en pleuvait, des parrillas à faire palir une orgie romaine, des glaces au Calafate…

P1060935.JPG
#onestpasdevenusvégétariens 🙂

 

On sait, on vous ennuie beaucoup avec nos petites histoires mais si vous voulez voir plus de photos de nos aventures en Patagonie, c’est comme d’habitude ici que ça se passe :

Les photos du debrief

Au programme du prochain débrief : Course d’orientation involontaire en Patagonie Chilienne, Patagonia Express sur la carretera austral, l’enfer c’est les autres en général mais en particulier quand tu fais du stop.

#Bisous,

#JPPJV

Une réflexion sur “Patagonie #1: Les Cro-Magnons et leur Mojo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s