Brésil #1: Jusqu’ici tout va bien…

Où ça : Toulouse > Belém > Algodoal > Belém > São Luis > Lençois > Jericoacoara

En bref : Des fruits étranges, du couchsurfing, du sable, du sable, du sable, des dessins pas top et de la « carefulness » à revendre.

Les chiffres : 2000 km au Brésil (environ), 2 couchsurfings et 0 soirée raclette (exactement)

On s’est bien creusé la tête (au moins 7 bonnes minutes) pour vous trouver un beau fil conducteur qui vous guiderait avec fluidité à travers notre première semaine … et … on n’a pas trouvé et en plus on peut pas, on a voyage 😊 ! Alors plutôt que prendre trop de retard, on se lance et on va faire par thèmes.

 

Chapitre I : Pas une minute à perdre dans le Nordeste !

Picture1Le voyage commence donc officiellement le 9/12/2017 à 22h à l’aéroport de Belém (tous à vos gmaps –> Belém c’est au nord-ouest du Brésil, aux portes de l’Amazonie). Et visiblement nous avions accumulé un peu de karma positif dans nos vies antérieures car, à peine arrivés, un aimable « belémien » nous propose de partager son Uber et nous offre la course ! Bonne nouvelle car nous n’avions pas encore de R$.

Avec Sandro, notre premier hôte de couch surfing (cf plus bas pour nos premières expériences en CS) : Au programme :

  • Poisson et Acaï sur le marché de Belem, de notre côte on n’était pas hyper enthousiasmés, mais ici c’est un succès national !
  • Visite du centre historique relativement petit mais atypique. Les vieilles demeures portugaises colorées en ruines s’accoudent à des buildings en béton récents, le tout donnant des contrastes étonnant !

P1040474

Direction Algodoal, micro-village préservé et accessible seulement par bateau: pas de route, pas de véhicule à moteur – ici on a le teeeeeeemps alors on se déplace à pied ou en calèche « mustang » ou « porsche »: hors saison c’est très calme ce qui nous allait parfaitement pour les 2 jours que nous avons passés sur place.

P1040483

De retour à Belém, nous allons ENFIN passer une nuit dans le bus, bon OK on se parle seulement de 13h (menu enfant) mais c’est un échauffement salutaire pour ce qui nous attend les prochaines semaines.

A São Luis, avec notre hôte Tirzar (cœur avec les mains sur elle et sur la ville). Au programme : Art et Culture (oui monsieur !), la musique est partout et, grâce à notre réserve de karma j’imagine, on assiste à des concerts top dans des lieux improbables comme une maison coloniale abandonnée.

La ville est pleine de charmes avec ces vieilles maisons aux azuleros colorés, dynamique sur le plan artistique et accueillante.

P1040560

Pour la dernière étape de la semaine: Barreirinhas et le fameux Parque Nacional dos Lençóis Maranhenses. Il s’agit d’un parc de dunes où se forment dans le creux de ces dernières des lacs d’eau douce à la saison des pluies. Nous étions quasiment seuls : Magique !

P1040630

Chapitre II : Voce fala portugues ?

Aaaahhh le portugais…. Pas de grande surprise me dirait vous ?! Oui mais voilà … nous on parle pas Portugais … et les Brésiliens eux… bah ils parlent pas anglais …

En grands conquérants que nous sommes, on était partis relativement sereins : on parle français, anglais, espagnol et italien… ça devait le faire. Oui mais voilà en fait ça le fait pas top top…

On a vaillamment essayé de mettre des « che » partout : « comment cha vach ? biench et toich ? » mais il s’est rapidement avéré que le portuguais était un tout petit peu « plouch compliquèche que celach !! »

Du coup on ruse ! on dessine et on écrit. Exemple ? Ci-dessous veuillez lire : « notre bateau est à 8h demain, est-il possible d’avoir le petit déjeuner à 7h ? ok ? »

le portuguais

A l’heure qu’il est nous sommes capables de vous écrire cet article, toujours pas morts de faim, conclusion : méthode suffisamment efficace !! Bon il faut l’avouer des fois on dit bêtement « sim sim » pour ensuite se retourner l’un vers l’autre « tu as compris ? non et toi ? non … » et là c’est la m*****

 

Chapitre III : Le baptème du couch surfing

Une grande première pour nous (avant on était encore des bébés du voyage, maintenant on radine vraiment tout :D).

Pour les novices, c’est quoi le Couch surfing ? En gros c’est un site internet où des locaux proposent de vous loger voire de vous faire découvrir leur ville, le tout gratuitement juste pour le plaisir de faire des rencontres. Et nous les rencontre on aime bien !!

Pour l’instant on est ravis de nos premières expériences (chez Sandro à Belem et chez Tirzar à Sao Luis). Au-delà de nous faire économiser le logement, on a découvert les coins cachés des villes. Tirzar nous a amené à un concert dans une vieille villa portugaise abandonnée et squattée par des artistes. Sandro nous a fait découvrir les plats typiques du Parà et notamment le fameux Tacacà (allez lire l’article si le cœur vous en dit – c’est dans A Table !)

Et en prime se faire guider quelqu’un qui parle portugais et anglais n’a pas de prix 😉

Bon aller s’il faut être honnêtes on a un seul petit bémol, le couch surfing ça nécessite un peu plus de temps que de crasher dans la première poussada (petit hôtel) qui vient. En général on attend quelques heures notre hôte à un point de rendez-vous, puis il faut aller chez lui et les villes brésiliennes c’est grrrraaaaaannnd, alors on passe un peu plus de temps dans les bus (et les bus bondés avec Audette et Artus c’est pas simple simple… mais on gère !)

 

Chapitre IV : Be careful please !

Vaste sujet que « Be Careful » … nos grand-mères nous l’avaient dit : « faites bien attention hein ?!!! ». Oui mais voilà, les grand-mères c’est une chose, c’est presque normal ! mais quand tous les locaux que vous croisez vous disent « be careful, do not speak to anybody, do not tell you travel too much, do not take your bag, be careful … » et bien nous on finit par frôler la paranoïa et on a eu peur de se faire voler notre slip pendant notre sommeil !

Du coup, on garde au maximum sur nous tout ce qu’il ne faut surtout pas perdre (en gros appareil photo, ordi, mais surtout passeports !!) et quand on laisse dans notre chambre, on met tout dans un des gros sacs, que l’on met lui-même dans un filet de sécurité (offert par le frère d’Ada) que l’on cadenasse en l’attachant à quelque chose de fixe. (oui oui à la limite de la parano on vous dit !!)

Le système est infaillible, ou presque …. La faille ? la réinitialisation involontaire du cadenas … et oui !! nous avons-nous même enfermé toutes nos affaires sans pouvoir plus rouvrir notre super système ! on est des génies ! Heureusement Ada doit avoir un passé de braqueuse et a réussi à craquer le code du cadenas, voilà nos passeports libérés 😊

C’est tout pour cette semaine, en teaser semaine prochaine : un épique trajet pour Jericoacoara et une semaine dans la ville du « chill » avec initiation au kite surf en compagnie d’Ada « le dauphin bondissant » Coves.

Bises les petits chats,

cropped-cropped-cropped-logo-jpeux-pas-211.png  #JPPJV

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s